RÔLES ET MISSIONS DU SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

par Dominique Mariani  -  17 Mars 2022, 12:24  -  #DROIT DE LA SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAIL, #LA BOITE À OUTILS EN SANTÉ SÉCURITÉ ENVIRONNEMENT, #MANAGEMENT, #QUART D'HEURE SÉCURITÉ, #DUER, #SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAIL, #SAUVETAGESECOURISMEDU TRAVAIL, #TRAVAILLERAUTREMENT, #URGENCE ET SECOURISME

Nombre d'entreprises ont démunies devant un problème récurrent, à savoir que des soins ou plus graves des Accidents du Travail ne soient pas immédiatement signalés, mal signalés, n’ont pas eu de fait accidentel, pas d’enregistrement du soin dans le registre des accidents bénins ou pas de prise en charge par des Sauveteurs Secouristes du Travail

Plus grave encore, pour certains AT, les Sauveteurs Secouristes du Travail

n’ont pas été prévenus.

CLARIFICATION des RÔLES et MISSIONS des SST

Les SST ont une double compétence « professionnelle » (document de référence INRS V8-01/2021)

1. Intervenir face à une situation d’accident de travail

 

RAPPEL DU PROCESSUS ACCIDENTEL

Pour qu’un dommage corporel survienne, il faut un accident provoqué par un évènement déclencheur lors d’une situation de travail dangereuse.

Le dommage corporel (mal à la jambe et impossibilité de bouger) provient de la rencontre d’une situation dangereuse (le salarié était sur l’échelle) et d’un accident (il a glissé).

Il y a donc bien un fait accidentel !

en cas de blessures pouvant mettre en jeu la vie de la victime, le blessé doit être pris en charge dans les trois premières minutes

POURQUOI TROIS MINUTES ?

​Toutes les études démontrent que les chances de survie, en cas de blessures graves diminuent de 10% par minute !

En cas d’arrêt cardiaque, les cellules du cerveau sont définitivement endommagées au bout de TROIS minutes !

Sans la présence d’un SST « dans les TROIS minutes » auprès de la victime,

Aucun service de secours ne pourra sauver une victime !

(Le délai d’arrivée moyen sur les lieux des pompiers ou du SAMU en France est de 30 minutes)

 

En résumé de cette partie : pour tout dommage corporel, toute victime d'accident corporel même bénin ou en cas de malaise et/ou maladie même sans signes de gravité évidents, il est OBLIGATOIRE de faire appel à un Sauveteur Secouriste du Travail qui aura pour missions :

  • De porter secours
  • De déclarer sur le registre informatique des soins
  • De faire un compte rendu succinct du processus accidentel

2. Contribuer à la prévention des risques professionnels dans l’entreprise

Le Sauveteur Secouriste du Travail a toute sa place dans la prévention des risques en amont de l’accident, car cela fait partie des objectifs de sa formation.

 

Il est celui ou celle qui, en prévention,

est l’auxiliaire N°1 du chef d’équipe !  

 

Le Sauveteur Secouriste du Travail est l’acteur majeur au quotidien de la prévention des risques professionnels.

Il est capable de participer au dispositif de prévention de l'entreprise et notamment à l'élaboration du document unique

en lien avec l’animateur Santé Sécurité Environnement. Il peut aider ses collègues à écrire et à remonter les dysfonctionnements, situations à risques, presque accidents et à participer aux enquêtes à la suite d’un soin ou d’un AT pour proposer des mesures de prévention.

 

En résumé de cette partie : Il vaut mieux prévenir que guérir. Être sauveteur secouriste du travail, ce n’est pas uniquement connaître les gestes de secours pour des activités de loisirs (ça peut aussi servir aussi à cela), c’est d’abord un état d’esprit qui allie une compétence technique (les gestes de secours) à une compétence organisationnelle (être le garant de la santé sécurité de ses collègues au sein de l’équipe).

 

EN CONCLUSION

Un accident du travail ou un soin, quelle qu'en soit la cause, survient à la suite d’un fait accidentel qui doit être immédiatement signalé à un Sauveteur Secouriste du Travail et pris en charge par celui-ci.

Si le salarié n’a pas à prouver le caractère professionnel de l’accident, il doit rapporter la preuve de la matérialité des faits de l’accident (témoins, explications, etc.).

Ce qui signifie que tout dommage corporel, même bénin, non déclaré et/ou non pris en charge immédiatement par un SST de l’usine permet à l’employeur de contester ce caractère professionnel.

 

Si cette contestation est retenue par l’assurance maladie,

la conséquence est que le salarié ne sera pas en accident du travail et

ne bénéficiera pas des protections juridiques et financières liées à cet accident !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :