Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACACIA CONSEIL

CONSEIL EN ORGANISATION ET MANAGEMENT D'ENTREPRISE EN SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAIL

ACACIA CONSEIL

GOOD KILL

STRESS, RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET RELATIONS DE TRAVAIL

On pourra s’étonner de commencer cet article par le titre d’un film américain.

Pourtant, Il n’est pas question de faire la promotion d'un film, mais de parler et d’échanger sur la Santé Sécurité au Travail.

ALORS QUEL EST LE LIEN ?

Les situations de travail font que, parfois, de bonnes intentions de prévention entrainent de mauvais résultats en terme de Santé et de Sécurité au Travail. Les militaires américains  ont mis en œuvre d’une manière complète et croyaient-ils efficace le premier des principes de prévention : «ÉLIMINER LE RISQUE».

Rappelons que le risque (ou plus exactement la situation dangereuse) est le croisement d’un danger avec un salarié. Un risque se caractérise par la probabilité d’un dommage et la gravité de ce dernier. Dans le scénario, plus de risques, puisque plus aucune probabilité d’avoir un pilote atteint par un tir de missile et donc aucune gravité physique à craindre. Quoi de plus efficace pour la sauvegarde de la vie d’un pilote que de combattre l’ennemi sans être lui-même tué, car opérant depuis un site sécurisé situé à des milliers de kilomètres de la zone de combat. Rien à dire, les drones sont donc la solution. Les organisations de travail sont pavées de bonnes intentions.

Personne n’a imaginé dans le commandement américain, que la «situation de travail», au sens ergonomique du terme, (réfléchir sur le travail d’un salarié), y compris même pour un pilote de chasse, n’est pas uniquement une exposition physique au risque.

Pousser simplement une porte pour rentrer chez soi après avoir combattu et même tuer, puis, amener dans l’heure qui suit ses enfants à l’école, ne se fait pas sans risques de stress. Cela impacte forcément les relations qu’elles soient personnelles ou de professionnelles.

Partons du principe qu’à part certaines professions dans certaines situations exceptionnelles, nous ne combattons pas et nous ne tuons pas dans nos activités de travail(!!)..

Mesurer l’écart entre ce que l’on demande à un salarié, et ce que cela lui demande pour réaliser la tâche demandée, est la base de tout ce qui devrait faire réfléchir aux problèmes des maladies liées au Stress, aux Risques Psycho-sociaux et aux Relations de Travail.

Dans le cadre de l’entreprise, la composante qui est «souvent» la moins managée, c’est le Travail ! Tout est prévu pour les finances, les résultats, le marketing, les collèges salariés (CE, CHSCT, IRP).

MAIS, croire que la réalité du travail de terrain sera conforme aux objectifs stratégiques amène souvent des tensions dans l’organisation.

Travailler sur les conditions du travail via une organisation qui part du principe que tous (chefs d’entreprises et salariés) y trouveront de l’intérêt, voilà l’ENJEU !.

 

RISQUES PSYCHO-SOCIAUX, DE QUOI PARLE-T-ON ?

Le stress au travail
Agence européenne pour la Sécurité et la Santé au Travail. Bilbao repris dans l’Accord National Interprofessionnel de 2008.

Un état de stress survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face.
Bien que le processus d’évaluation des contraintes et des ressources soit d’ordre psychologique, les effets du stress ne sont pas uniquement de nature psychologique.
Il affecte également la santé physique du salarié, le bien être dans les Relations de Travail et la productivité de l’entreprise.

 

À droite le mécanisme

d’apparition du Stress dont

le syndrome général

d’adaptation décrit

par Hans Selye est issu :

 

 

Phase UN du STRESS - ALARME
Dès la confrontation à la situation comme stressante, des hormones sont libérées par l’organisme :
Elles ont pour effet d’augmenter la fréquence cardiaque, la tension artérielle, la température corporelle et de provoquer une vasodilatation des vaisseaux des muscles
Toutes ces modifications ont pour but de préparer l’organisme au combat ou à la fuite. Dans certains cas rares, on peut en mourir de sidération.

Phase DEUX du STRESS -
RÉSISTANCE

Si la situation persiste, d’autres hormones entrent en jeu pour réguler la situation.
Phase TROIS du STRESS -
ÉPUISEMENT

Si la situation persiste «ENCORE» ou s’intensifie, les capacités de l'organisme sont débordées.

 

 

Dépasser le DÉNI et les iDÉES REÇUES

(ARACT basse normandie)

Fragilité individuelle, problèmes personnels, bon stress et mauvais stress.

LES IDÉES REÇUES

Il y a du bon et du mauvais stress,

un peu de stress ne peut pas faire de mal !.

NON

Ne pas confondre stress et ...motivation.
Si la situation est nouvelle, si nous sommes confrontés à une difficulté, il y a une réaction physiologique de l’organisme.

Si la durée est passagère, il n’y aura pas de souci majeur.

Si la durée est prolongée, il y a des conséquences pour l’organisme et pas seulement d’un point de vue psychologique.

Les gens sont plus fragiles !

OUI & NON

Si les gens sont plus fragiles...il faut donc faire plus attention.

La réalité montre que ce sont souvent des salariés expérimentés et des cadres impliqués qui sont touchés.

Effectivement il y a des gens plus fragiles que d’autres, mais ce n’est pas la majorité.

C’est lié uniquement à des problèmes personnels

NON

Les salariés n’ont pas tous des problèmes personnels.

Est-ce la vie au travail qui perturbe la vie privée qui est à l’origine des problèmes ou vice-versa ?

On n’y peut rien, c’est lié à la société !

NON

Les sociétés actuelles sont complexes.

Mais les études menées dans de nombreuses entreprises mettent en évidence que l’Organisation du travail mise en place dans l’entreprise génère la survenue du stress chez les salariés.

      C’est relationnel, c’est son caractère,

il (elle) ne supporte rien !

PEUT-ÊTRE

Oui, il y a des salariés qui ont une personnalité particulière et atypique.

mais il faut s’assurer que l’arbre de la personnalité ne cache pas la forêt des conditions de travail.

une seule personne peut être le révélateur d’un dysfonctionnement collectif.

Le stress, c’est subjectif !

OUI & NON

Il est indéniable qu’il existe une dimension subjective et donc personnelle.

Pourtant, quand les salariés s’expriment, c’est qu’il y a une réalité...

Et il doit exister dans l’entreprise des indicateurs  qui reflètent la réalité du stress.


On ne peut rien y faire !

NON

Le sujet est complexe et les causes de survenue sont nombreuses et variées.

De nombreuses entreprises qui se sont engagées dans une démarche de prévention du stress au travail ont mis en place des actions qui se sont avérées efficaces.

DÉPASSER LE DÉNI

Il est donc  nécessaire de s’affranchir d’approches souvent très schématiques, clivantes et trop générales qui empêchent le travail concret de terrain.

Discuter au sein de l’entreprise de la Santé Sécurité au Travail, du «sens» du travail, des représentations sur le vécu au travail, de la qualité du «travail bien fait», du devenir du métier, permet de créer une occasion de dialogue et donc de créer ou d’entretenir des Relations de Travail du niveau stratégique (ce que l’on demande au salarié) au niveau de la régulation de terrain (ce que cela demande au salarié).

DÉPASSER LE DÉNI ET LES IDÉES REÇUES, c’est agir sur la santé des salariés pour la performance de l’entreprise.

UNE DÉMARCHE DE PRÉVENTION BASÉE SUR
L’ORGANISATION DU TRAVAIL

 

 

 

Dans le cadre de l’entreprise,

la composante qui est «souvent» la moins managée, c’est le Travail !


Tout est prévu pour les finances, les résultats, le marketing, les collèges salariés (CE, CHSCT, IRP).

MAIS, croire que la réalité du travail de terrain sera conforme aux objectifs stratégiques amène souvent des tensions dans l’organisation.

 

Travailler sur les conditions du travail via une organisation qui part du principe que tous (chefs d’entreprises et salariés) y trouveront de l’intérêt, voilà l’ENJEU !.

 

Vous venez de lire cet article.

Que vous soyez d'accord ou non avec son contenu.  Qu'il vous ait apporté un éclairage nouveau sur le sujet traité ou non. Qu'il vous ait intéressé, plu, interrogé, ou agacé. En tout cas, qu'il ne vous ait pas laissé indifférent afin d'échanger nos points de vues.

Alors, pour cela,

 

Envoyez nous un courriel.

Ce sera un grand plaisir

de vous répondre

À très bientôt et merci.

 

ACACIA CONSEIL

Travailler autrement

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article